Hypothèses sur l’évolution des océans suite aux fontes des banquises arctique et antarctique

Dans les années 2000, les chercheurs n’avaient pas intégré l’influence de l’Antarctique dans leurs modèles mathématiques d’études du climat. Leurs hypothèses se basaient même sur une indépendance, sans démonstration, de ce continent, vis-à-vis du réchauffement climatique.

Nous savons dorénavant que ces hypothèses n’étaient pas bonnes, et que le continent glacé subit, comme le reste de la planète, les effets du réchauffement. En considérant que les vents, les courants océaniques et les marées mélangent les flux les uns avec les autres, il est en effet difficile de défendre que la pollution de Mexico stagne sur Mexico. En effet, imaginons cette pollution atmosphérique : quand il y a du vent, où va-t-elle ?

Quant aux glaciers, j’avais alerté en 2005 les chercheurs du laboratoire de glaciologie de Grenoble sur les fractures possibles des glaciers, dont le stockage suffisant entre les années 1950 – 1980, se retrouve en front de glacier (1990 – 2020). C’est le cas du glacier des Bossons au Mont Blanc dont la période est de 43 ans (temps d’écoulement, où la neige tombée au sommet du Mont Blanc s’écoule pour alimenter la langue terminale du glacier, 3000 m plus bas). Nous pouvons estimer aujourd’hui, que la masse de glace depuis 2500 m jusqu’à la langue frontale, peut être désolidarisée du glacier, car le cumul de glace au-delà de 2500 m, résulte des précipitations des années post 2000. Ces faibles précipitations diminuent la masse glaciaire, alors que la langue terminale est encore « un peu chargée » des précipitations des années 1980. C’est une possibilité, que les phénomènes enregistrés sur le glacier de Planpincieux l’année dernière, et sur le glacier de la Charpoua il y a deux ans (2018), résultent de ces changements de vitesse d’écoulement, majorés par les chaleurs extrêmes enregistrées au cours des quatre derniers étés. Ces deux glaciers sont moins dangereux que celui des Bossons, dont l’écroulement entraînerait l’ensevelissement de l’autoroute, et des maisons alentours plantées entre les communes des Houches et de Chamonix.

Concernant la calotte Arctique qui fond elle aussi de manière spectaculaire, il y a un paramètre dont personne ne parle : c’est le volume de glace perdu de la banquise, qui se transforme en eau. Nous savons que la banquise fond, et qu’elle est posée sur l’océan Arctique, comme si vous aviez un glaçon dans votre verre. Si le glaçon fond, le volume présent dans le verre varie très peu. Il diminue un peu, en fait.

Pour 1 m3 de glace, 90% de cette glace, noyée dans l’océan, libère 819 kg d’eau. Or, ce volume correspond à 900 kg d’eau s’il était occupé à l’origine par de l’eau liquide. Autrement dit, la fonte de la banquise Arctique contribue, pour l’instant, à baisser le niveau de la mer (sans tenir compte de la fonte de l’Antarctique et des glaciers terrestres). En tenant compte de la fonte de l’Antarctique et des glaciers terrestres, ce volume d’eau supplémentaire annihile en partie la perte de volume évoquée ci avant, dû à la fonte de la banquise. Nous pouvons donc en déduire aujourd’hui, que la problématique de l’élévation du niveau des mers est faussée, voire plutôt reportée, par la fonte de la banquise Arctique. Ceci étant, nous constatons que les périodes de tempêtes océaniques sont plus marquées en France que par le passé, avec les dégâts connus ces dernières années. Par conséquent, nous sommes en mesure de dire aujourd’hui que le phénomène d’emballement du réchauffement climatique, que j’évoque dans mon opus de 2016 et dont j’étais l’un des seul à défendre la théorie il y a 10 ans (cf « si le changement c’était hier, le bouleversement c’est maintenant »), est minimisé par cet équilibre précaire entre le renflouement des océans par la fonte des glaciers terrestres, et la perte de volume issu de la fonte de la banquise Arctique.

Pourtant, nous mesurons quand même une hausse du niveau des mers entre 1950 et aujourd’hui. L’iceberg A 68, détaché de la barrière de Larsen en 2017, qui dérive maintenant dans l’océan atlantique sud, contribuera à élever le niveau des mers car il limite le freinage de l’écoulement du glacier. Un autre iceberg vient de se détacher du Glacier du Pin, avec un volume d’environ 60 km3 , et dont les conséquences seront identiques à l’ A 68. Un satellite américain a été envoyé en septembre 2019 pour calculer le volume exact de glace du continent Antarctique. En étudiant avec une précision inégalée jusqu’à présent, les variations du volume de ces glaces, nous aurons un modèle efficace d’aide à la décision. Mais pas avant une vingtaine d’année.

Aucun scientifique jusqu’alors n’a évoqué cette balance « fonte de la banquise » « fonte des glaciers terrestres ». Comme le phénomène d’emballement, lorsque cette balance océanique sera trop déséquilibrée, nous subirons en 1 an, ou en quelques années, ce qui est extrêmement rapide à l’échelle géologique, et trop rapide pour l’homme, une élévation spontanée du niveau des mers.  Cette élévation sera catastrophique et engendrera potentiellement un phénomène similaire à celui comté dans le film « le jour d’après ».

Nous noterons que dans mon opus, j’étais le seul à évoquer un delta de température possible en 2100 de +6 à +8°C. Cette fourchette a été approuvée l’année dernière par la communauté scientifique, qui évalue à +7°C le delta de température entre les premières mesures du début du 20ème siècle, et 2100, si nous continuons à ce train de vie là.

Il nous appartient à chacun d’améliorer nos gestes pour sauver notre planète. Car ce sont nos gestes de tous les jours, gestion de l’électricité, de nos déplacements, nos déchets, notre nourriture, nos consommations, qui provoqueront une diminution de la croissance, courant nécessaire pour inverser l’inflation polluante que nous connaissons depuis 200 ans.

Structurer le premier RIC

Le RIC, tout le monde en parle. Je diffuse depuis plusieurs semaines des messages, qu’il est nécessaire de structurer et de définir ce RIC. Voici mes propositions de référendums :

Proclamer le maintien de la déclaration des droits de l’homme et justifier les actions des GJ par l’article 35 de cette déclaration.

Référendums :

Pour on contre la dissolution du gouvernement, et des lois constitutionnelles qui le protègent.

Pour ou contre le maintien des institutions législatives et exécutives : le parlement (assemblée nationale, sénat)

Pour ou contre le maintien du conseil constitutionnel, les préfectures et autres institutions existantes de la Vème république (le CSA)

Pour ou contre le maintien du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Pour ou contre l’indépendance totale de la justice.

Instaurer la VI ème république par référendum : pour ou contre la mise en place de la VI ème république avec une nouvelle constitution.

Pour ou contre le maintien de la France dans l’UE.

Référendum pour une assemblée citoyenne qui aura les pleins pouvoirs – exécutifs et législatifs. Cette assemblée sera élue au suffrage universel direct (définir les modalités de cette assemblée). A définir les modalités :

2000 personnes (ou plus ou moins) élues au suffrage universel direct dont

50 % femmes et hommes composés de
20 % d’étudiants entre 18 et 25 ans
20 % de professions intermédiaires (profs, santé sauf PH, ouvriers, techniciens)
20 % de cadres (privé ou public) ou professions libérales
20 % d’agriculteurs et pêcheurs
20 % de retraités

Il reste à définir la durée du mandat (ou alors, comment peut on les insérer – ex : 1 journée / semaine payée par l’état).

Référendums prioritaires menés juste après la nomination de l’assemblée citoyenne :

Refonte des :
Loi sur le viol
Loi sur le harcèlement
Loi sur les handicapés
Loi sur l’invalidité
Loi sur les retraites
Loi sur les indemnités de chomage et la gestion des demandeurs d’emploi
Loi sur les indemnités sociales
Loi sur l’immigration
Traités économiques européens
Normes de la nutrition dans les ERP
Loi sur l’agriculture (traités européens)
Loi sur les transactions financières
Loi sur le droit à l’autorité des professeurs
Loi sur la légitime défense
Loi sur les pouvoirs de personnes dépositaires de l’autorité publique
Loi sur la gratuité des secours en millieu périlleux
Loi sur le projet santé territoire
Loi sur la gestion des institutions privées (écoles, cliniques)
Loi sur l’énergie
Loi sur l’eau
Loi sur les déchets
Loi sur les transports
Fiscalités des produits pétroliers
Fiscalité des entreprises
Loi sur le retour au travail à 16 ans
Loi sur les fichés S
Loi sur la délinquance des mineurs
Loi sur les conventions collectives
Loi sur les contrats de travail
Loi sur les contrats des travailleurs étrangers
Loi sur le SMIC
Loi sur les arrêts maladie

Cela me parait prioritaire, il y a surement d’autres points. Mais ce que nous devons structurer se résume à peu près à ces items.

Je donne des pistes de détails sur mon opus paru en 2017, accessible sur le lien ci-après

 

Si_le_changt_digital_createspace_kindle

Lire gratuitement un programme qui peut répondre à certaines interrogations

Rappel : cet ouvrage est apolitique. Je ne suis ni de gauche, ni de droite, car ces notions n’ont pas de sens. L’une favorise les riches, et l’autre n’a pas investi dans des mesures concrètes pour lutter contre une fiscalité inégale et injuste, pour lutter contre l’insécurité et les avantages des politiques. Je les mets donc dans le même sac. Je ne suis pas syndiqué car les syndicats sont aussi pollués par la politique.

 

Proposition GJ – structuration

Le mouvement des GJ n’est pas assez structuré. Il doit reposer sur des revendications précises.

Je me présente :

https://www.facebook.com/cyrille.marais.50

https://cyrille-marais.iggybook.com/fr/

Alpiniste, aventurier, expert en économies d’énergies, ingénieur, écrivain, j’ai commencé à travailler à 14 ans. Je sais ce que c’est de vivre avec 500 € / mois, et avec 1200. Aujourd’hui, j’ai plus, mais je veux soutenir les français et les aider. Voilà pourquoi j’ai réfléchi sur le discours politique que je dénonce dans mon dernier livre. Je ne suis ni de gauche, ni de droite, ni syndicaliste ! (encore moins !)

Je propose ici des idées issues de mon livre paru en 2017 (si le changement c’était hier, le gouvernement c’est maintenant) :

1 – refonte du pouvoir décisionnel : suppression de l’assemblée nationale, du sénat, des ministres, du conseil constitutionnel, et du président de la république.

2 – constitution d’un gouvernement avec une assemblée citoyenne constituante ayant les pleins pouvoirs.

Cette assemblée comprend :

600 personnes élues au suffrage universel direct dont

  • 50 % femmes et hommes composés de
  • 20 % d’étudiants entre 18 et 25 ans
  • 20 % de professions intermédiaires (profs, santé sauf PH, ouvriers, techniciens)
  • 20 % de cadres (privé ou public) ou professions libérales
  • 20 % d’agriculteurs et pêcheurs
  • 20 % de retraités

3 – Supprimer les avantages politiques. Audit des patrimoines des politiques et restitution à l’état.

4 – Régulation des salaires des cadres dirigeants et supérieurs, sportifs, actionnaires, à 60 fois le smic maximum.

5 – Indexer le prix du litre d’essence sur l’impôt (fonciers et revenus) ce qui rapporte 250 milliards d’euros, et qui permet de :

5a  – Revalorisation du SMIC à 1800 € net. Non ce n’est pas un fake.

5b – Revalorisation des salaires des professions intermédiaires (ouvriers, techniciens, agents de maîtrise) et des fonctionnaires opérationnels (AS, IDE, agent territorial, professeurs) à + 50%.

5c – Ecologie : politique ferme suivants des mesures logiques : taxer tous les carburants, taxer les loisirs verts, taxer les bateaux à moteur, taxer les voitures polluantes > 6l/100 kms. Supprimer les investissements en montagne. Créer des parcs naturels. Refondre la loi sur la chasse. Instaurer une gestion nouvelle des déchets et emballages (consignation). Développer le solaire et le photovoltaïque individuel. Isoler les logements et les rénover. Taxer les tunnels de transit. Développer le transport par fret (camions sur les trains). Développement de la filière bois : refonte des formations de retour à l’emploi et réinsertion pour dynamiser les filières vertes.

5d  – Suppression des taxes d’habitations et foncières. Diminution de 50 % des impôts sur le revenu jusqu’à 70 000 € / ménage / an.

  • – Répartir une plus grande partie des dividendes des sociétés auprès du personnel.
  • – Retrouver une autorité nationale en enseignant les valeurs de la France et en instituant un respect unilatéral de cet enseignement (police, professeurs, santé, administrations).
  • – refonte des aides sociales.
  • – Refonte des conventions collectives. Créer six conventions collectives générales : transports, commerces (incluant les grandes surfaces et les pharmacies), industries toutes natures, professions libérales, intermittents du spectacle ou culture, et une concernant les fonctionnaires avec des statuts explicites et des conseils administratifs de prud’hommes (le titulaire ne serait plus titulaire de son grade, mais de son poste avec fiche de poste à la clef).
  • – Supprimer les contrats temporaires des travailleurs des pays européen dans les entreprises de BTP. Obligation de contrats de travail à temps complets pour des travailleurs étrangers avec durée limitée à 3 mois. Création d’une veille réglementaire du respect des pratiques d’emploi et de concurrence dans le BTP. Obligation pour les entreprises de BTP d’avoir au moins 50 % de leur effectif chantier parlant anglais, ou français. Refonte des formations du BTP.
  • Projet de santé territoire : reprendre le dossier de A à Z. Savez vous qu’une IDE libérale touche 4 € et des bananes pour une piqûre, et 65 € pour mettre des bas de contention ? de tels paramétrages incohérents de la part du législateur, il y en à des centaines. Il est temps de remettre de l’ordre dans tout cela.
  • Savez vous que les véhicules de fonction ou professionnels, déductibles des impôts, sont triés sur le volet, et correspondent à de grosses puissances ? Encore une incohérence qui privilégie les riches, au détriment du pauvre qui doit s’acheter une nouvelle voiture parce que sa clio de 1998 sera interdite à la circulation, alors qu’elle consomme entre 2 et 4 fois moins qu’un X6 BMW qui elle, a le droit de circuler.
  • Et la liste est encore longue … agriculture, marge des grandes surfaces, le numérique à l’école qui asservi nos enfants, taxe sur les véhicules inadaptée (cf ci-avant), pollution de l’air, loi sur le viol, alternance à l’école, allocations familiales, fiscalité des entreprises, TVA, urbanisme, règlementation ERP, douanes, etc …

Référendum immédiat pour :

Destitution d’EM

Sortie ou non de l’UE

Création, d’assemblées parlementaires ou d’une assemblée

Supprimer les lois votées depuis 50 ans

Instaurer la VI ème république

Lettre envoyée au trésor public

Chère Madame, cher monsieur,

Je suis un contribuable français qui paye des impôts. Je suis offusqué depuis des années, et encore plus aujourd’hui, du manque de transparence de l’utilisation de l’argent public et du nombre d’affaires relayées par les médias. Pire encore, moult de ces affaires ne sont pas résolues à ce jour, ou tombées aux oubliettes.

La dernière photo de M Macron aux Antilles a mis le feu à une poudre déjà volatile en ce qui concerne mes convictions d’engagement de la classe politique. Comment notre président peut-il espérer recevoir un service des français en posant avec un jeune qui se moque de nous en nous insultant ? En collaborant sur cette photo, notre président nous insulte et se moque de nous. Pourtant, notre président a besoin de nos impôts. Quelles actions contradictoires que d’insulter les français, pour ensuite être capable de les harceler et de les punir s’ils revendiquent leur droit de retrait au moment de payer leurs impôts. C’est ce droit de retrait que j’utilise aujourd’hui.

Je profite aussi de cette lettre pour aborder le sujet de toutes les procédures judiciaires contre les hommes politiques (fraude fiscale, abus de biens sociaux, délit d’initié, détournements de fonds publics, fausses factures, financements de campagnes électorales, etc.), dont le fracas du commencement s’érode petit à petit, pour aboutir au silence des abîmes. L’indépendance de la justice est aussi un sacré mensonge institutionnel organisé.

Ce manque de transparence abouti aux suspicions de détournement d’argent public envers le système politique. Les affaires moins récentes, « Mme Pénélope Fillon », « campagne de M Macron », mais aussi les anciennes, « campagne de M Sarkozy », de « M Chirac », emplois fictifs aux mairies de Paris et Bordeaux notamment, d’autres encore comme celles de M Cahuzac, M  Balkany, MM Pasqua et Santini, conjuguées à l’obscurité de l’utilisation de l’argent public des députés jusqu’en 2017, et au soupçon de scandale au sénat (en date du 30 janvier 2016 sur le site du journal « le monde »), affaire Gabriel Reveyrand de Menthon qui n’est autre que le fils de l’ancienne ministre Marisol Touraine, et les affaires récentes encore plus graves, affaire Benalla, affaire Ferrand, affaire Nyssen, affaire Muriel Pénicaud, etc … m’amènent, selon l’article 35 de la constitution ainsi que les dispositions du code de procédure pénale, à demander des comptes à l’administration fiscale qui justifieront de payer mes impôts sur le revenu 2017.

Je vous demande de justifier les sommes versées à l’état de la façon suivante :

Me fournir le détail de la liste de tous les députés, leurs attachés parlementaires avec leur nom, prénom, lien de parenté, formations diplômantes obtenues et leurs dates d’obtentions, CV, fiche de poste, actions entreprises et rapports émis depuis 2012.

Me fournir la liste de tous les sénateurs et leurs actions, frais de déplacements, rémunération officielle depuis 2012.

Me fournir la liste de tous les députés et leurs actions, frais de déplacements, rémunération officielle depuis 2012.

Me fournir la liste de tous les conseillers régionaux, et l’analyse de leurs frais de déplacements, actions et réunions diverses rémunérées (conseil de surveillance ou d’administration, mandats), ainsi que leurs rémunérations officielles respectives depuis 2012.

Me fournir l’analyse des patrimoines des hommes politiques français, et les éléments qui prouvent que ces patrimoines n’ont pas été acquis avec de l’argent public (cf affaire Balkany).

Me fournir l’analyse des comptes de chaque ministère.

Me fournir le CV et la fiche de poste de M Benalla, ainsi que les rapports de l’administration qui justifient le maintien de cette personne en tant que haut fonctionnaire.

Je suis, comme tous les français : l’employeur du personnel précédemment listé, par le versement de taxes et prélèvements divers (impôts sur le revenu, impôts sur l’habitation, la propriété foncière, la succession, l’audio-visuel, la collecte des déchets, la TVA et les taxes sur les produits pétroliers). Je suis par conséquent en droit, et à juste titre au regard de tous les soupçons qui pèsent sur la classe politique, comme un chef d’entreprise exigerait à ses salariés justement, de solliciter  votre administration pour qu’elle justifie chaque rémunération de député et sénateur, chaque rémunération de conseiller régional, chaque rémunération d’attaché parlementaire et de collaborateur de l’état, compte tenu de leurs compétences et de leurs actions respectives, et chaque compte de ministère. Vous noterez que je n’aborde pas ici la pertinence des montants versés aux parlementaires car ce n’est pas le sujet. Quoique cette problématique est, monsieur le Ministre du budget, intégrée à votre champ de compétences.

Je viens, par la présente, enjoindre à votre administration, le trésor public, de prouver que mon argent ne finance pas des intérêts privés ni des personnes n’ayant pas la formation adéquate pour tenir le poste qui leur a été confié, mais bel et bien une stratégie managériale pertinente de gestion de l’administration. La dette et le système des réserves fractionnaires en vigueur actuellement dans mon pays est une escroquerie organisée qui oblige l’Etat à emprunter sur les marchés financiers privés pour financer la nation. Nos impôts servent aussi à rembourser les intérêts de la dette chaque année pour enrichir à titre privé des préteurs dans le monde. Ces réalités décrivent les textes des lois qui organisent ce système : Loi du 3 janvier 1973 (Valéry Giscard D’Estaing), article 104 du Traité de Maastricht, traité de Lisbonne (Nicolas SARKOZY) en son article 123. J’intègre également le fait que les Français, par référendum sur le traité établissant une constitution pour l’Europe qui eut lieu le 29 mai 2005, ont répondu « non » à 54,68 % des suffrages exprimés à la question : « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l’Europe ? »

Vu l’état, un danger d’appauvrissement de la nation est inévitable dans ces circonstances,

vu les affaires citées comme références dans cette lettre,

vu le code de procédure pénal français en son article Article 122-7 « N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. »

vu l’article 35 de la constitution des droits de l’homme et du citoyen

vu la non transparence des comptes publics, et les non lieux successifs accordés à des hommes politiques, et à l’affaire Benalla qui est une trahison de la plus haute autorité de l’état vis-à-vis des français,

vu les décisions récentes de justice qui ne sont pas équitables, voire disproportionnées entre le pouvoir (cf Mme Lagarde dans le dossier Tapie) et les pauvres contribuables, lesquels sont poursuivis s’ils omettent des déclarations,

je considère être trahi dans mes droits les plus élémentaires de citoyen.

À la vue de ces éléments, la France est menacée, mes concitoyens sont menacés par un déséquilibre financier de l’administration française, les responsables politiques ont commis des fautes pénalement responsables qui, également, nous mettent, en danger, je me sens menacé. Ma volonté n’est pas de ne pas payer mes impôts, mais d’agir dans le droit pour témoigner mon opposition citoyenne à vos demandes en vous demandant des justificatifs que mon argent ne finance pas des biens privés, lesquels ne servent aucunement les intérêts des français. Depuis de nombreuses années, le préjudice des français, s’il pouvait être quantifié, et c’est votre devoir, s’alourdit considérablement. Sans réponse argumentée de votre part sur chaque pièce demandée, je pourrais demander le remboursement de tous mes impôts depuis 2012 selon le système rétro-actif. Vous utilisez ce système en cas de fraude fiscale, ou d’oubli de déclaration, envers tous les contribuables, alors il est tout à fait logique, qu’en cas de non justification de frais publics depuis 2012, je vous réclame le remboursement des sommes versées à titre personnel, mais également au nom de tous les contribuables, pour n’avoir pas respecté le code pénal et la déclaration des droits de l’homme.

L’équité des français est une priorité. Dans la ligne de ce raisonnement, quels arguments justifient que l’administration  n’intervienne pas concernant des quartiers dont on sait qu’ils renferment des armes, de la drogue, de la violence gratuite, et du harcèlement physique et psychologique ?

Aussi, quels sont les surveillances et moyens mis en place par la CPAM et la CAF pour contrer les fraudes journalières de personnes en irrégularité administrative, ou qui se font soigner à l’hôpital sans payer leur dû, à nos frais puisque nos impôts servent aussi à construire et à maintenir nos bâtiments hospitaliers ?

Dans l’avant dernière structure hospitalière où j’œuvrais, le montant annuel des impayés s’élevait à 1,5 millions d’euros par an. Cette structure de taille moyenne comporte 1200 lits, pour un bassin de 200 000 personnes. Qui paye cette ardoise ? Ce sont les français qui payent des impôts.

Par ailleurs, je ne comprends pas la majoration de 10% du au non-paiement des tiers provisionnels.

Sur votre site internet, les informations qui nous permettent d’en déduire que nous serons majorés de 10% en cas de non-paiement des tiers provisionnels sont interprétables. Elles ne sont par conséquent pas une source fiable de prévention et d’information auprès du contribuable que je suis. J’en déduis que cette majoration de 10% est abusive et non contractuelle.

Je vous prie de croire, chère madame, cher monsieur, en ma considération distinguée.

Cyrille Marais

 

 

 

Copie : M. le Président de la république

le bouleversement c’est maintenant

Quelques précisions utiles issues de mon opus de 2017 – si le changement c’était hier, le bouleversement c’est maintenant :

Pétrole et pollution

Le pétrole raffiné produit du GPL, de l’essence, du gasoil, du kérosène, du fioul lourd et du bitume. 1 litre raffiné doit être brûlé ; on ne peut pas stocker quelques produits que ce soit. Les débats sur qui pollue le plus sont donc dénués de sens. Chaque produit pétrolier pollue, ne serait ce que par combustion, ou déchets.

M Macron défendait le diesel il y a deux ans, et l’essence maintenant. Mme Busyn parle de stopper le diesel, mais ne précise pas ce que devient le gasoil raffiné ! Les élites ne sont pas des experts, se perdent dans leurs propres débats insensés, et démontrent qu’ils sont déconnectés de la réalité.

L’équation simple d’un litre de gasoil brûlé, démontre qu’une AX diesel de 1990 pollue moins qu’un X6 BMW de 2018. Pourtant, le X6 aura le droit de rouler, mais pas l’AX.

 

Energie et climat 

Le soleil apporte autant de kWh sur terre, que la quantité de pétrole brûlé (178 000 litres / seconde).

Produire un système solaire à 2000 € par maison, amorti sur 5 ans, existe. C’est au pouvoir politique d’insuffler le vent du bouleversement.

Le climat s’est réchauffé : en 1980, la limite des zones d’accumulation de neige était à 2900 m en versant nord, et 3100 au sud. Aujourd’hui, elle se situe à 3800 au nord, et 4000 au sud. Les accumulations sont donc remontées de 900 m ce qui correspond à un delta moyen des températures de 3°C.

En 2000, les chercheurs disaient qu’en 2100, 50% des glaciers alpins disparaîtraient. Aujourd’hui, en 2070, c’est 75 % des glaciers qui auront disparu.

Mettre les camions sur les trains, récupérer la TIPP pour rénover les logements, et changer nos modes de transports, sont des actions concrètes et pas si difficile que cela à réaliser.

Supprimer le fauchage et le ramassage des feuilles, instaurer des consignes sur les emballages qui seront recyclés par les usines sont aussi des actions simples.

Faire participer le monde carcéral à la filière bois énergie, ainsi que les chômeurs, boosteraient la création de chaufferie bois rentables.

Economie

Si la santé est gratuite pour tout le monde, via nos impôts, si la scolarité est gratuite pour tout le monde, via nos impôts, pourquoi pas l’énergie ?

Pour vivre, la santé, la nourriture et l’énergie sont indispensables.

Je préconise que l’énergie soit accessible à tous, et que les pollueurs soient taxés (bâteaux, avions, loisirs motorisés – quads, motos, 4*4, ulm, avions de tourisme, hélicoptères de tourisme, moto-neige, sports nautiques, etc)

Si vous souhaitez des détails de mes propositions de changements de notre société, mon livre « si le changement c’était hier, le bouleversement c’est maintenant » est disponible sur demande par mail à cyrille.marais@gmail.com

 

 

 

 

 

 

Pensées enneigées

Réflexion sur le risque pris, et les polémiques qui peuvent en découler sur le net : entre les « défenseurs des preneurs de risques » et les accusateurs, quand il y a des accidents,  « des inconscients qui font prendre des risques aux autres », chacun à une part justifiée dans les propos tenus.

Les réflexions se rejoignent même si les domaines sont de nature différente : les accidents, qu’ils soient montagne, chasse, vélo, route, ou domestiques (rien que ce dernier, 12 000 morts par an !) sont véhiculés par des illogismes créés par l’homme. Rien que pour la route, fabriquer des voitures qui vont à 250 km/h incite à la vitesse, laquelle offusque une grande majorité des victimes et des associations. Ceux qui s’offusquent ont raison … et plaideront toujours dans le vide face à une société qui cultive les contradictions. Pour la seconde problématique, la montagne, et particulièrement le ski de rando, puisque celui ci s’est démocratisé, j’apporte la même analyse. Je comprends ceux qui vont mettre leurs spatules et prennent des risques, je comprends aussi ceux qui s’offusquent des dégâts relayés, il est vrai, exagérément par les médias. Ces derniers, effectivement, ne vont pas dire que les accidents de la route sont de la responsabilité des constructeurs qui vendent des voitures rapides. Le principal est de maîtriser son outil.

Justement, je n’ai rien contre les pilotes et les voitures rapides, dès lors que la technique est maîtrisée. Je n’ai rien non plus contre ceux qui prennent des risques, puisque j’en fait partie.

En revanche, là où je suis réservé, c’est la « publicité » faite ici et là sur les sites. Je l’ai souvent répété, sans être relayé justement – l’être humain étant comme cela, il est persuadé de détenir la vérité – que les sorties publiées ici et là, incitent les faiblement initiés, à aller mettre leurs spatules là où certains tireraient la sonnette d’alarme.

C’est le danger de ces sites où, lorsqu’il tombe de la neige, tout le monde va partout, tout le temps. Dès lors, le lendemain, ou le surlendemain, il y a des morts. Il y a des morts en montagne, et en ski de rando depuis que le ski existe, il y en aura encore jusqu’à ce que le ski s’arrête. Là où nous pouvons agir, c’est de véhiculer un message d’alerte qui, petit à petit, pourra avoir du sens pour les skieurs de demain. Je pratique le ski de rando depuis 31 ans, et lorsqu’on m’a enseigné la nivologie, la « règle » prioritaire, sachant qu’il n’y a pas de règle univerelle en montagne, est d’attendre au minimum 3 ou 4 jours après une chute, et d’éviter les zones « sous le vent » jusqu’à 1 mois, voire plus, en période hivernale. la période printanière est différente, mais seuls les initiés en comprennent le sens.

Aussi, les personnes qui sortent maintenant par risque 4 ou 5, n’importe où, car c’est le cas, ça me fait râler. Je ne vais pas aller dire sur internet, qu’ils avaient qu’à réfléchir … non, mais je trouve dommage que des skieurs se fassent prendre bêtement, alors qu’avec quelques règles de base, et du bon sens qui est de ne pas suivre la « meute », il pourrait y avoir 0 accidents sur tous ces terrains « classiques ». Mais pour le coup, dame nature est tolérente, car dans les courses que je vois qui sont publiées sur le net, je me demande pourquoi il n’y a pas 4 morts par jour ! Pour la haute montagne et les pentes raides, c’est un autre débat, justement, où l’éthique intervient.

Certes, il y a un débat de valeurs, entre ceux qui prennent des risques « techniques » comme les pilotes, et les skieurs de pente raide, et ils y a ceux qui prennent des risques objectifs « face à dame nature » en la défiant, conscients ou non. Cela fera peut être sourire, mais je conçois qu’on passe l’arme à gauche dans un couloir raide en montagne, car pour une raison x ou y, on s’est cassé la gueule, en revanche, j’ai du mal avec tous ces morts qui sont comptabilisés car les personnes n’évaluent sûrement pas le risque pris. Par ailleurs, d’autres (et on peut le lire) se croient « invulnérables » avec arva et sac gonflable ! Je trouve cela révoltant que de pratiquer un sport à risque sans connaitre le minimum du minimum. Le wingsuit est autrement plus problématique, et tous ces morts sont aussi dus à une « surenchère » médiatique. Je n’ai pas honte de le dire : j’ai de la compassion pour celles et ceux qui sont morts en pratiquant leur passion avec précision, comme j’ai déjà demandé à ma famille à mes amis, de comprendre la sentence si je meurs de ma passion. En revanche, si je fais le con sur une moto à 250 un dimanche après midi, je mets cela sur le même plan que d’aller par risque 5 dans une combe de Belledonne. A ce moment là, je comprendrais que certains me pointent du doigt.

Le gars qui roule très vite le dimanche après midi ne maîtrise rien du tout, et engage la vie d’autres personnes. C’est le même cas pour tous ces randonneurs qui s’entassent après une chute de neige. A contrario, le pilote ou l’alpiniste, ou le skieur de pente raide, évalue, prends des risques, mais au final, n’est pas tant que ça sur le fil du rasoir … En tout cas, il sait qu’il peut être sur le fil. Je pense que nous sommes plus à même d’accepter les conséquences des prises de risques, dès lors que l’engagement a été réfléchi.

Bref, une petite pensée …

« Il est préférable de vivre sa passion, plutôt que de souffrir de ses émotions … » … à méditer, tout en pensant que le net est devenu impitoyable et incontrolable, où se cotoyent passionnés, aigris, enfonceurs de portes ouvertes, jaloux, critiqueurs, rêveurs, artistes, sportifs, aventuriers, intellectuels, hommes et femmes, jeunes et vieux, néophytes ou confirmés … ça donne forcément un cocktail explosif ! Partager notre expérience et nos connaissances est gage de réussite vis à vis des jeunes qui se lancent aujourd’hui à corps perdus parce qu’ils ont du matériel que nous n’avions pas à l’époque (une époque pas si lointaine que  cela, les années 80 ! sic !).

LETTRE D’INTENTION AUX DEPUTES, SANATEURS ET MEMBRES DU GOUVERNEMENT

Chères mesdemoiselles, chères mesdames, chers messieurs les députés,


Ingénieur thermicien, spécialiste en économies d’énergies, skieur alpiniste et écrivain, dépositaire d’une demande de brevet d’intention d’une solution de récupération d’énergie solaire à très bas coût, je viens vers vous en tant que citoyen qui participe activement au développement du pays, et qui souhaiterait que l’argent commun soit exploité avec plus de pertinence.


J’aspire juste à vous alerter, sous forme d’exemples concrets, et vous présenter selon mes analyses, l’enjeu du 21ème siècle :


La première résulte des conséquences du réchauffement climatique qui devient, comme nous le voyons depuis des années, très problématique.


Aucune solution n’est appliquée sur le terrain pour réduire les émissions de GES alors qu’il y aurait des actions simples et efficaces à entreprendre. (j’ai rédigé un programme à ce sujet « si le changement c’était hier, le bouleversement c’est maintenant »). En voici quelques exemples parlants.


N°1 : Exemple de l’inexpérience de l’administration (dont je fais partie, mais dont je dénonce ici le manque de professionnalisme ou de discernement) : le fauchage des talus ne sert strictement à rien, détruit la faune et la flore, est « publicitairement banni » au bord de l’autoroute de Chambéry (encarts d’affichages), mais pratiqué à grands renforts de tracteurs et de camions sur les routes des cols de la Maurienne et de Rhône-Alpes…. par … le conseil général. L’abattages sauvage d’arbres en bord de route, le souffage des feuilles, et autres défrichages en pleine forêt alpine sont aussi des activités ridiculement polluantes quand on sait que la terre vit depuis 4,5 milliards d’années sans nous ! Autant de milliers de litres de fioul brûlés vifs, comme le damage du peu de neige qu’il reste, dont les émissions favorisent le déclin de notre économie, et surtout, de notre nature qui nous donne pour l’instant, à boire et à manger.


N°2 : Exemple de routes pour 4*4 taillées dans les bois et les champs de myrtilles (cf mes mails envoyés à la commune d’Allevard (38580) et aux eaux et forêts) pour, je cite le gardien, permettre aux touristes de venir plus aisément ! sachant que cette route (refuge de la Pierre du Carre) n’est pas praticable pour un 4*4 normal et qu’elle a obstrué la source du refuge. En sus, ledit refuge est inconnu des touristes de masse. Cette remarque est valable pour le parc National de la Vanoise notamment, où les motos neige et les hélicoptères ont l’autorisation d’être exploités au sein d’un environnement où le visiteur lambda n’a même pas le droit de cueillir une fleur. Pensez vous que ces dispositions soient logiques compte tenu des écosystèmes en place ? Exemple de la pratique hors la loi de moto-cross, 4*4, quad, moto-neige et autre, dans des zones interdites aux engins à moteurs (la liste est longue : Belledonne, Maurienne, Grandes Rousses, Arves, etc.)


J’évoquerais aussi rapidement la problématique de la vitesse sur route et sa pollution engendrée. La quasi totalité des grosses cylindrées deux roues sont hors la loi, de même que les émissions des camions (programmation pirate de la carte d’injection), ainsi que 99% des automobilistes et motocyclistes lors des pics de pollution (je roule à la vitesse autorisée – 20 km/h et je me fais doubler par tout le monde). Quand aux camions (qui devraient être sur les trains), ils ne sont pas restreints lors de ces pics ! La logique de l’être humain … réguler certains et oublier les autres sans argumentaire ni calcul justifié !


N°3 : les dispositions énergétiques du bâtiment : quand cesserons nous d’installer des pompes à chaleur électriques, des chaudières à gaz et fioul sachant que dans 20 ans, toutes ces installations seront à démanteler ? J’ai la solution pour remédier aux demandes énergétiques des bâtiments d’habitations ou tertiaires. Mais les dossiers à mettre en place à l’Ademe sont tellement lourds, et aussi par faute de temps pour l’instant compte tenu de mes obligations professionnelles, que j’ai renoncé pour le moment.


N°4 : Pour votre information, il y a un déficit pluviométrique de 75 % en 2015, 2016, et pire encore pour cet hiver 2016 – 2017, sur nos massifs montagneux. C’est un désastre écologique.  Skieur alpiniste depuis 1987, j’ai réalisé moi même des mesures périodiques annuelles. Lors de l’hiver 1990-1991, il est tombé en cumulé 32 m de neige au col de Thorens en Vanoise à 3000 mètres d’altitude (cumulé = la somme des chutes de neige au cours de l’hiver, de la première à la dernière – soit de novembre à juin). En 2014-2015, il est tombé seulement 6 m, et cet hiver, les mesures sont catastrophiques (- de 3 m).


N°5 : Quand aux glaciers mondiaux, ils perdent chaque année 1600 milliards de tonnes de glace (rapport cnrs 2007-2013) dont l’antarctique et l’arctique.


La barrière de Larsen C va libérer en 2018 l’équivalent d’un cube de glace de 21 kms de côté. Rendez vous compte ? 21 kms d’altitude sur une section de 459 km2 ! Soit 5800 km2 sur 1,7 km d’épaisseur équivalant à 10exp12 tonnes de glace environ (projectmidas.org). Nos enfants se chargeront de nous rappeler les conséquences de cette débâcle. Une falaise de glace de 21 kms ! qui s’effondre ds la mer … témoignage d’une régulation d’un des écosystèmes les plus fragile de la planète, au service de la production mondiale de chaleur qui ne cesse de croitre !


Je suis le seul à revendiquer dans un ouvrage publié, que la température moyenne à la surface de la terre a augmenté de 2,8 °C depuis les premières mesures. Toutes les autres affirmations scientifiques, et les articles lus ça et là dans la presse, font état d’un objectif mondial de contenir le réchauffement climatique à +2°C. C’est faux. Le réchauffement est aujourd’hui de +2,8°C et à + 6°C (2100) l’être humain sera mort ! … si les abeilles survivent d’ici là.

Bref, quelques flashs parmi d’autres… susceptibles d’être développés par centaines. Mais, vous en conviendrez, le texte deviendrait un peu long à digérer.


Extrait de mon opus :

Ce n’est pas être gauchiste que de penser écologie : c’est être visionnaire (éviter que l’homme meure prématurément), capitaliste (il y a de l’argent à se faire quand même pour reprendre toutes les toitures de France en solaire selon mon brevet), et persuadé que chacun peut y parvenir.


La seconde aborde la stratégie financière de notre pays.


Des dysfonctionnements sont apparus au cours des années précédentes par des décisions maladroites ou effectuées dans la précipitation. Il a aussi été médiatisé des transactions qui sont inacceptables pour un intellectuel scientifique et sportif averti que je suis. Ces faveurs induisent des punitions financières, de l’insécurité et une pression psychologique pour celles et ceux qui sont solvables ou qui paient des impots sans se poser de questions.


N°1 : L’intervention armée de la France dans les conflits Arabes ne se justifie pas car les stratégies des grandes puissances d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’au cours du 20ème siècle. Aussi, des milliards d’euros sont engloutis alors que nous voyons bien que de la côte ouest du Sénégal, jusqu’au Karakorum (région nord est du Pakistan), l’instabilité grandit par la présence de troupes armées dangereuses et tentaculaires non maîtrisables. Si la France devient indépendante ou presque énergétiquement parlant, nous aurions moins besoin d’intervenir et notre économie en serait boostée.


N°2 : Les 400 millions de l’affaire Tapie se sont terminés en queue de poisson et la vérité ne sera jamais connue.


N°3 :Un club de foot paye 223 Millions d’euros pour un gars qui tape dans un ballon et qui n’apporte rien au système français, alors que ce budget équivaut à la création d’un CHU neuf. De plus, cet argent est issu d’un pays qui copine avec les terroristes islamistes, lesquels viennent assassiner nos compatriotes en France avec les bénéfices des ventes de tee-shirt fabriqués par des enfants au Bengladesh ou ailleurs. Cette situation est scandaleuse, honteuse, et indigne d’êtres humains normalement constitués. Nos ancètres résistants, mon grand père en faisait partie, doivent se retourner dans leur tombe en voyant leurs enfants gérer le pays de la sorte, eux qui ont payé de leur vie pour que nous jouissions d’une certaine sérénité, sénérité qui rétrécie maintenant comme une peau de chagrin. 


N°4 : Le système Ecotaxe, issu du grenelle de l’environnement 2007, nous a coûté + de 700 Millions d’Euros, et n’a jamais été mis en place. Ce sont nous, payeurs d’impôts, qui avons financé ces 700 millions jetés à la poubelle. L’état est faible devant les revendicateurs de toutes sortes.


Et la liste n’est pas finie …


Par ailleurs il y a certaines situations vécues, images de notre société, où les zones de non droit croissent aussi vite que le démantèlement des commissariats.


N°5 : Nous suivons tous les jours à l’hôpital, des patients qui sont accidentés dans le cadre domestique, mais aussi dans le cadre du travail. Certains ont une assurance personnelle, d’autres pas. Dans tous les cas, vous devez payer le forfait journalier, les surcoûts IRM, SCANNER et autres actes de kinésithérapie, IDE à domicile, masseur ou aide ménagère, ainsi que divers équipements (bas de contension, cannes, fauteuil roulant ou autre).

 


Or, avec la même fréquence, des patients sans couverture sociale repartent incognito de l’hôpital public sans payer leur du. Pour certains, les ardoises sont de 2000 à 4000 €, pour d’autres, 31000 (20 juin 2017 – patient algérien en neurologie), pour d’autres encore, plusieurs centaines de milliers d’euros (et pour les rois d’Arabie ???). Ma mutuelle ne sert donc à rien, ni ma carte CPAM puisque le service de la PASS, à l’hôpital, résoud les dossiers de ceux qui n’ont pas de couverture sociale. La gratuité des soins à l’hôpital n’est pas vraie en soi, pas plus qu’une voiture électrique où vous lisez derrière « zéro émission de CO2 ». La communication, c’est bien à partir du moment où le peuple a accès à la vérité. 99 personnes sur 100 croient que la voiture électrique est propre, alors que c’est absolument faux. Je referme ici cette petite parenthèse. Aussi, nous savons que nous ne pouvons pas absorber financièrement des milliers de dossiers patients supplémentaires qui repartent dans la nature. Où donc sera fixée la limite ? Nous pouvons chacun participer à la reconstruction de l’hôpital public, mais il faut que cette participation soit proportionnelle et que tout le monde, les riches, comme les « pauvres », ou les étrangers, démontrent qu’ils y sont sensibles (stratégie détaillée aussi dans mon programme).


N°6 : Les dysfonctionnements récurrents de la justice, où moult procès, aux jurisprudences pourtant identiques, aboutissent à des jugements différents.


Synthèse générale :


La loi et ses pénalités doivent être appliquée à tous, ou à personne.


Quelle est donc la logique dans notre beau pays ? De profiter des contribuables français, pour donner de l’argent à d’autres, non français ? D’instaurer la politique du « plus fort », du plus méchant, du bandit roi ? De laisser les dérives des riches pollueurs (4*4, yatch, quads, moto-cross, trial, jet-ski, moto-neige, parapente à moteur, et j’en passe) sachant que nos enfants n’auront plus accès à ces loisirs car le thermomètre sonnera le glas avant que le pétrole fasse défaut ? (Je parle de nos enfants avec un grand E. Que ce soit eux, ou nos petits enfants, il n’y a pas de différence). Ces agissements de « politiques administratives » ne sont, ni dans la constitution, ni dans le code de procédure pénale, ni dans le code de la santé publique, ni dans aucun code (que je sache !).


Ces situations alimenteraient une requête de droit pénal, où mes obligations de citoyens seraient contestées, tant que la mécanique que le gouvernement mettrait en place pour que toutes ces inégalités soient traitées n’ait pas été démontrée.


Vous conviendrez qu’en tant que personne solvable, il est tout à fait normal que je revendique le droit d’y voir clair dans la gestion financière du pays, ainsi que les performances justifiées de vos collaborateurs au regard des irrégularités récurrentes et inquiétantes de l’administration française qui pilote notre pays, et ce, depuis 50 ans.


Ces demandes ne sont pas exotiques, elles sont nécessaires pour l’avenir de nos enfants, afin de leur laisser une nature « agréable » sur cette terre que nous leur empruntons, et une sérénité institutionnelle. En référence à cette dernière notion, je ne me sens pas serein ni en sécurité dans mon pays. Alors imaginez-vous des collégiennes dans des institutions comme Echirolles, Vénissieux, Grigny, Mantes la Joly ou les quartiers nord de Marseille ?


 A propos, quand déciderez-vous à vider la France des armes qui sont cachées dans ces banlieues ? A chaque attentat, il y a des perquisitions qui aboutissent. Vous attendez donc qu’il y ait un attentat pour faire travailler les forces de l’ordre ? Croyez-vous que mon patron attende de constater des défaillances dans nos procédures pour venir me voir et me demander de les écrire ?


Pour conclure, je vous lègue gratuitement mon dernier opus (en pièce jointe au mail), sur les changements indispensables pour garantir la sécurité de la nation : fermeté de l’état, et indépendance énergétique. Il est temps de rappeler à la génération 2000 qui est le patron, et les jeunes doivent avoir cette référence : l’adulte donne l’exemple, et c’est lui le patron. Je pense essentiellement aux professeurs, policiers, gardiens de prisons, fonctionnaires de la fonction publique hospitalière qui sont sur le terrain, hués, humiliés, et harcelés par des gamins pour un salaire de misère ! En référence aux agriculteurs qui nous donnent à manger, vous êtes les premiers à apprécier les bons repas accompagnés de bons vins et fromages. Pourquoi ne pas développer notre agriculture et défendre ses intérêts, plutôt que de suivre aveuglément Bruxelle ? Mangez-vous des œufs en poudre dans vos banquets et réceptions ? Alors pourquoi à l’hôpital, les normes imposent des œufs en poudre reconstitués au détriment d’œufs véritables (il y a du bio disponible un peu partout en cherchant bien). Savez-vous qu’une nourriture bio peut guérir des patients fragilisés ?


Voici un extrait de mon roman dramatique, qui porte en toile de fond, les idées d’un changement de prise de conscience que chacun est utile et doit être reconnu en tant que tel. « La montagne, c’est ce tas de cailloux, gelé par endroit, qui apporte de l’eau aux régions sèches, de l’espoir et du sursis à ceux qui sont envahis, de la volonté à ceux qui la visitent, mais surtout, de l’entraide au travers de rencontres inopinées et par là, une véritable mutation de nos propres freins en un esprit ouvert et chaleureux. Nous devenons conscients, au milieu de ces cailloux et ces glaciers, que chaque être vivant ne vit que s’il est accompagné de près ou de loin par d’autres êtres, qu’ils soient intelligents ou illettrés, faibles ou forts, rouge, jaune, blanc ou noir, bipèdes ou quadrupèdes. »


Ceux qui réussissent ont trouvé leur passion, et accomplissent périodiquement un geste pour leurs enfants et / ou leur prochain.


Que l’on soit de gauche ou de droite (ces notions ne veulent d’ailleurs rien dire), nous devrions tous être sensibles à notre environnement, garant de la vie, à qui nous confions nos enfants et petits-enfants. Que l’on ait un château, de belles voitures, ou 500 000 € sur le compte en banque, cela ne servira à rien à nos descendants lorsque le thermomètre annuel aura augmenté de + 6°C ! Souvenez-vous de cette notion pour les plus jeunes d’entre vous. Je prône dans mon programme, que d’ici 10 ans, les conséquences écologiques de la montée du thermomètre seront catastrophiques. En espérant que vous porterez haut les couleurs de la France, et que vous serez sensibles à l’équilibre menacé de notre terre, je vous prie de croire, chers députés, en ma considération distinguée.


Merci d’avoir lu ce message jusqu’à la fin.


Bien à vous

Cyrille Marais

Plus de précisions sur mon prochain opus

COUVExtrait prélevé dans l’introduction

À mon sens, réformer n’est pas une bonne stratégie, ni un mot acceptable aujourd’hui en terme de communication. Réformer, c’est changer les procédures selon les « marottes » de certaines et certains. La société n’a plus besoin de ça. Non. Ce sont des organisations pilotes à reconstruire autrement, les chômeurs et les délinquants à mettre au travail, et la terre à sauver. Ce sont des actions concrètes à mettre en place, et non pas des procédures à modifier sur des procédés déjà insatisfaisants.

 

MES ECHANGES AVEC LES DEPUTES

Etape 3 – ma réponse au mail de Mme Laclais, réponse que je vais diffuser aux autres députés contactés (Isère et Savoie).

Chère Madame,
Merci pour votre réponse, vous êtes la seule a avoir daigné me répondre pour l’instant suite à mon mail de l’autre jour.
Je note cependant que ma question au sujet de la formation de votre attachée parlementaire n’a pas obtenu de réponse.
J’ai lu sur votre site, le passage suivant :

« Parmi les nombreux sujets sur lesquels la députée travaillera, figureront notamment laccès aux

services publics, et tout particulièrement laccès aux soins, le renforcement de lattractivité des

territoires de montagne et le soutien aux activités agriculture, tourisme, industrie-, la valorisation

du travail saisonnier et la représentation des territoires de montagne au sein de nos institutions ».

1 – Que signifie l’accès au service public ?

Quels en sont les enjeux, quelles sont selon vous les procédures à mettre en place ?

2 – L’accès aux soins.

Pensez vous que l’accès au soins a changé depuis 2012 ? Si oui, avez vous des exemples concrets à m’apporter – (nomination de plus de généraliste à la montagne par ex, ouverture de résidence de personnes agées ou atteintes de maladies spécifiques, développement de l’accompagnement aux personnes agées ou handicapés, etc.)

Et qu’entend-t-on par « l’accès aux soins » ?

3 – le renforcement de lattractivité des territoires de montagne.

J’espère que cette problématique est gérée avec des professionnels qui peuvent vous guider sur :

  • l’eau et le développement économique
  • la faune et la flore : quels risques encourus si on renforce l’attractivité des territoires de montagne.
  • la forêt : quelles sont les mesures concrètes et appliquées sur le terrain qui aident au développement de la filière bois régionale ? Quelles ont été les procédures développées entre les professionnels, les administrations, les collectivités territorriale, les programmes éco-construction ?

Bref, quelques exemples parmi d’autres.

4 – la valorisation du travail saisonnier

Quelle valorisation trouvent ces gens, payés au SMIC 5 mois dans l’année ? En même temps, que signifie la prise en compte de cette problématique, au regard de professionnels de l’éducation, bac + 5, payés 2000 € net (source éducation.gouv.fr) en début de carrière, et qui subissent humiliations, harcèlement physique et moral, menaces ?

5 – la représentation des territoires de montagne au sein de nos institutions.

Que veut dire cette phrase ? Les communes de montagne doivent elles être représentées au sein de l’organisation régionale et nationale ?
 
Sur l’Isère
 
Chantal Carlioz – maire de Villards de Lans – membre du conseil départemental de l’Isère
Martine Kohly – Allevard membre du conseil départemental
Carole Montillet une ancienne skieuse – membre du conseil régional
Philippe Langenieux-Villard maire d’allevard – membre du conseil régional
 
Sur la Savoie
 
Des représentants de la Haute Maurienne, de Beaufort, d’Arvillard …
 
Pendant ce temps là, Tignes va construire l’une des réalisations les plus indignes que l’homme ait envisagé en montagne au moment où l’écologie commence à prendre de l’ampleur : une piste de ski d’été ! plus le reste … piscine, et autres installations énergivores !
 
et en même temps, voici les propos du maire de l’Alpe d’Huez en décembre 2016 :
 
Extrait : Jean-Yves Noyrey : Notre nouveau PLU (Plan local d’urbanisme) prévoit de construire 4 600 lits hauts de gamme (4 et 5 étoiles), à la fois en hôtel et en résidence de tourisme. Ils viendront en remplacement des “lits froids”, qui ne sont plus mis en location par leurs propriétaires. Ce programme d’investissements, confié à des promoteurs avec lesquels nous avons l’habitude de travailler, a pour but une montée en gamme de L’Alpe-d’Huez, pour séduire notamment la clientèle internationale. La municipalité accompagne ce repositionnement par une requalification de la station : espaces verts, plantation de plus de 2 000 arbres, parkings souterrains prévus sous les nouvelles constructions, cheminements piétons… Dès l’hiver prochain, une télécabine permettra de relier le village d’Huez à la station, pour réduire la circulation des voitures. L’Alpe-d’Huez new look, c’est une attention accrue portée à l’esthétique et l’environnement. source :
 
 
Toutes ces installations seront inutiles dans 10 ans. Il n’y aura plus de neige.
 
Ne serait ce plutôt pas aux élus régionaux et nationaux, d’imposer des règles de développement et de respect de la montagne ? source d’indépendance et de non appartenance à des conflits d’intérêts ?
 
Vous pensez sincèrement que le maire de l’Alpe d’Huez et de Tignes ne possèdent pas, au sein de leurs connaissances, des entrepreneurs qui vont oeuvrer pour bétonner la montagne et récupérer des centaines de millions d’euros, au détriment de la nature et de l’environnement ?
 
Ne pensez vous pas qu’il est urgent de légiférer sur les territoires de montagne afin que vos enfants, vos petits enfants si vous en avez (que vous aurez sûrement j’espère), puissent s’épanouir dans une nature enfin protégée de l’homme ? Aide mémoire : la raréfaction de la neige, croissante, va amener les petites stations à disparaître d’ici 10 ans. Souvenez vous de ce rappel ; pourtant nous sommes , vous et moi, Mauriennais, et donc sensibles à notre environnement fragile qui a été un peu plus protégé de ce côté de la Savoie.
 
A mon sens, l’ensemble des élus est le porte parole d’une prise de conscience où le pouvoir de l’argent s’effacera au profit du développement local (régional), qui peut créer des centaines de milliers d’emploi, sans bettoner la montagne.
J’ai bien lu et intégré vos idées que je rejoins pour beaucoup d’entre elles. Le mariage pour tous n’est qu’une fumisterie. Cette problématique aurait du être traitée, dès lors que nous n’en avions pas d’autres sur le feu. Malheureusement vous savez comme moi que nous en avons d’autres beaucoup plus urgentes : la santé, l’éducation, la sécurité, le chomage et l’environnement pour ne citer qu’elles. Si nous parvenions à solutionner ne serait ce qu’une partie du chomage, et les autre idems précédents, nous pourrions ressentir une grande satisfaction.
 
Dans une région comme la notre, des élus qui maîtrisent les procédés industriels, les contraintes environnementales et économiques, sont indispensables. Avoir un calendrier de rencontres, de colloques et de réceptions politiques en tout genre, ne suffisent pas à redonner au pays le souffle créatif dont il a besoin. Ce sont de vrais professionnels dont nous avons besoin, des professionnels qui font le choix de mettre leurs compétences et expériences industrielles au service de la collectivité, pas des diplômés formatés de l’administration : instituts d’études politiques, ENA, Polytechniques, dont les protocoles administratifs et l’organisations de colloques et de débats sont leurs seules expériences « techniques » et organisationnelles. Excusez moi, mais c’est le constat que beaucoup de personnes dressent aujourd’hui. Comment peut on décider et gouverner sans savoir ce qu’un agriculteur a besoin pour survivre, sans avoir eu à se débrouiller avec 1200 euros par mois, voire moins, tout en voyant autour de soi des gens rouler en grosses cylindrées sans travailler ?
 
La seule chose que je (et beaucoup de personnes aujourd’hui) reproche aux élus, est qu’ils n’ont que cette expérience d’élu, justement, en poche. Je connais ce milieu pour avoir siégé à des conseils d’administrations d’établissements que j’ai fréquentés. J’ai 14 ans d’expérience industrielle, et 13 ans d’expérience dans les hôpitaux. J’en tire aujourd’hui un recul socio-économique certain. Je pense que nos élus devraient vivre un peu plus la réalité du terrain, plutôt que de participer à des réunions et colloques, dont les débats interminables aboutissent finalement au constat que la France va mal. La France va mal, oui, mais débattre sur cette décadence n’apportera rien. Il faut des actions concrètes sur le terrain, et une fermeté de l’état à faire respecter la loi, tout en la respectant lui même, bien entendu.
 
Débattre, c’est bien, agir, c’est mieux.
 
Je prépare un recueil où je propose des solutions pour combattre le chomage, l’équilibre budgétaire de la santé, la mise en place de solutions industrielles pour inover dans le développement durable, pour ne citer qu’elles. Chambéry est une ville pilote, mais on peut aller beaucoup plus loin. Peut être le savez vous, mais les grandes chaufferies bois, gérées par Dalkia ou autre Engie, sont des outils à business, pas des usines qui aident au développement durable (celui qui paie l’énergie issue de ces chaufferies paie plus cher que le gaz !) Il y a des solutions pour remédier à ces problèmes. Je les ai en poche. J’ai juste besoin de faire confiance aux élus qui croient au développement de leur société, non pas à travers les grosses entreprises dont les profits partent aux actionnaires, mais à travers des initiatives locales, régionales, et nationales, dont l’excédent reste en france … et la valeur ajoutée aussi.
 
Bien à vous.
 
Cyrille Marais

 

L'univers de Karl Auprey vous tend les bras et rallonge vos nuits